top of page

ça veut dire quoi pour moi être antispéciste ?

Ce post pourrait semblait incongru sur ce site puisqu'il contient une dimension éminemment politique face à des valeurs prônées d'exploitation d'autrui dans nos civilisations capitalistes prédatrices.

Oui bien sur, c'est un acte politique et poétique et les deux se mêlent pour moi. Il faut juste ajouter deux lettres ou une retirer une pour passer d'un mot à l'autre...


Incongru ? Non, bien au contraire, cette affirmation de mes valeurs antispécistes sur un site célébrant tout le vivant via l'art et la poésie et proposant des pratiques jubilatoires favorisant l'épanouissement de l'être, c'est justement la preuve de mon alignement de mes valeurs à mes actes.


D'où est né le mouvement antispéciste?

Si on se réfère à Wikipédia

L'antispécisme est un courant de pensée philosophique et moral, formalisé dans les années 1970 par des philosophes anglo-saxons qui défendent un renouveau de l'animalisme, et considèrent que l'espèce à laquelle appartient un animal n'est pas un critère pertinent ni pour décider de la manière dont il doit être traité, ni de la considération morale qui doit lui être accordée. Les philosophes Richard D. Ryder et Peter Singer développent le concept « antispécisme », en l'opposant au spécisme — concept défini sur le modèle du racisme et du sexisme, repris et précisé une quinzaine d'années plus tard1 par la revue française Cahiers antispécistesa —, plaçant l'espèce humaine au-dessus de toutes les autres et accordant une considération morale plus grande à certaines espèces animales (notamment le chat, le chien, le cheval et d'autres animaux de compagnie) qu'à d'autres (les animaux sauvages, les animaux d'élevage).


Il semble que ce courant soit largement influencé par la pensée animiste, par les peuples dits premiers qui ne font pas de distinction entre eux et la nature. Ils savent intimement qu'ils font parti d'un tout et ils respectent la Terre infiniment...

Oui évidemment alors pourquoi ne pas se nommer animiste ? ...et bien déjà sans doute par respect pour ces peuples qui savent de quoi ils parlent quand ils parlent de l'âme contenue dans chaque être, dans le vent, le soleil, les rivières etc...et peut-être justement parce que nos civilisations et chacun individuellement né et ayant grandi dans nos sociétés dominantes ont perdu la mémoire du lien avec la Terre, à grands coups de pensée cartésienne dévastatrice et de religions qui le sont tout autant (dévastatrice).

Adam et Eve n'ont-ils pas, en mangeant le fruit défendu pour accéder à la connaissance, perdu leur innocence et chuté sur la Terre symbolisant l'enfer...?

Tandis que pour les peuples premiers justement le paradis est ici et Pachamama, Gaia etc notre Terre mère ?


Alors quoi, comment je vis, moi en tant qu'occidentale le fait d'être antispéciste jusqu'au fond de mon coeur, d'avoir reçu un électrochoc en 2008 en quittant Paris pour vivre parmi les volcans ?

Un double choc contraire : m'émerveiller de la beauté auvergnate tout en prenant conscience de la réalité du génocide animal dans toute son horreur.


Je le vis comme je peux. En sachant que ces valeurs antispécistes sont partagées par moins d'un pour cent de l'humanité dominante.

Que les vegan sont peut-être 3 à 4 pour cent, voir moins.

Je me sens souvent seule, je cherche toujours à me relier à une communauté d'âme avec qui je pourrai me sentir en sécurité et reliée...


Je vais tenter de décrire ce que vit un antispéciste dans un monde spéciste

On fait un voyage dans le temps...Imaginez que vous êtes un abolitionniste de la traite des noirs, profondément touchés par le sort d'individus considérés comme des sous-espèce par la majorité de votre peuple et vous vivez dans ce monde...Pourriez-vous avoir des amis esclavagistes et passer du bon temps dans les champs de coton sachant qu'ils maltraitent des esclaves à quelques mètres de vous ?

Plus proche de nous...Vous êtes en pleine seconde guerre mondiale, vous savez que des millions d'individus humains sont assassinés dans des chambres à gaz mais que vous ne pouvez rien faire pour les sauver.

En ce temps là, on disait qu'on ne savait pas...


Imaginez que les cochons, les bébés agneaux, veaux, mamans vaches, brebis, moutons, poulettes etc soient des enfants humains et leurs mères.

Imaginez que vous les voyiez passer chaque jour dans des camions les emmenant à l'abattoir. Vous entendez leurs hurlements. ça vous déchire le coeur mais vous êtes impuissants. Vous ne pouvez rien faire pour les sauver de cette horreur. La société dans laquelle vous vivez est ainsi faite. La vie d'autrui n'a aucune valeur, elle est classée selon des critères sans relation avec le coeur et l'amour mais seulement le profit, elle est marchandable, elle est exploitable, elle est torturable et on peut assassiner des millions d'êtres chaque jour...des milliers à chaque battement de coeur.


Et bien voilà ce que vit un.e antispéciste.


Il, elle sait mais plus que ça il elle sent par ses tripes, son coeur, son âme, tout son corps que chaque être est d'égale importance. Il, elle sait que les animaux non humains ont chacun une conscience, sont traversés par des émotions fortes (pareils aux enfants), qu'ils souffrent, ressentent la peur, l'effroi, qu'ils aiment leurs petits, les protègent...Ils aiment et leur amour à eux est fluide, non entravé par le mental, inconditionnel.

Il, elle sait qu'ils vivent dans leur être, font acte de présence absolu et que le plus beau est leur innocence

Les humain.e.s des sociétés dominantes devraient avoir envie de les protéger pour cette unique raison, mais c'est tout le contraire


Des mères humaines servent aux repas des morceaux de cadavres de bébés d'autres mères non humaines à leurs enfants et tout semble normal...


En fait non, c'est anormal, insensé, terrifiant et ça met à genoux quand enfin on se réveille, quand on mesure l'ampleur de notre conditionnement à des valeurs d'une barbarie absolue.


Quelque chose ne tourne pas rond dans nos sociétés humaines qui acceptent que mille milliards d'animaux soient massacrés chaque année sur la Terre juste pour leur plaisir de bouche. Que des millions soient torturés dans des laboratoires...Dans l'indifférence la plus totale.

En se coupant de la mémoire de son lien à tout le Vivant, c'est de sa propre source intérieure que chaque individu de nos sociétés s'est coupé. ça fait de notre espèce des milliards de morts vivants.


En se coupant de cette mémoire, on s'est coupé de notre coeur


Nous n'avons plus que des têtes qui s'agitent sans jambes ni pieds et sans coeur.


Tout est éparpillé


Je prie pour que nous retrouvions urgemment, plus nombreux toutes les parties de notre être, que nous puissions tout rassembler pour prendre la tangente et décider de faire de nos années à venir la création d'un monde nouveau où chaque être aurait le même droit inaliénable à vivre dès lors qu'il nait.


L'effondrement du vivant, l'agonie de la terre pollué, violée, massacrée, l'emballement du dérèglement climatique sont tels que je ne sais pas ce qu'on attend...






2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page